Les légendes et le folklore de l’Est de la France : que faut-il savoir 

Les légendes et le folklore de l’Est de la France : que faut-il savoir 

L’histoire de la France regorge de légendes et de mythes qui ont marqué des régions spécifiques. Fantastiques, effrayantes, comiques, fabuleuses, réelles ou non, ces histoires se transmettent de génération en génération depuis des siècles. La région de l’Est particulièrement regorge de milliers d’histoires assez impressionnantes. Ici, découvrez les légendes de l’est de la France !

Des histoires qui font découvrir le passé

Avec l’avancée du monde, il est vite fait de se séparer de certaines histoires passées. D’ailleurs, au fil du temps, certaines histoires ont disparu des mémoires. D’autres par contre se muent en légendes et se vivent différemment.

Qu’elles soient réelles ou non, les légendes expliquent à leur manière des faits et des éléments rapportés de génération en génération. Elles amènent à redécouvrir le sens et des réalités de faits passés. Certaines légendes racontent l’histoire de personnes ayant vécu une vie inspirante en se sacrifiant pour d’autres.

Par exemple, la légende de Saint Nicolas raconte l’histoire d’un homme de Dieu qui est aujourd’hui un modèle pour de nombreuses personnes. Il y a tant de belles histoires qui méritent d’être connues de tous.

Des histoires qui exhibent les croyances et les coutumes d’autrefois

Les histoires véhiculées par les légendes et le folklore de l’Est de la France illustrent ce à quoi ressemblait le monde. Dans une certaine mesure, elles montrent les hommes tels qu’ils étaient avec leurs défauts et leurs qualités. Ils affichaient courage, propension à la médisance et une certaine tendance antisémite et à la xénophobie.

Les légendes permettent également d’évaluer si la superstition des siècles passés a réellement disparu ou si elle revêt de nouvelles formes. Plus que les contes, les légendes font partie du patrimoine et de la culture des régions. Elles sont liées à la vie sociale et elles ont un enracinement tout particulier.

Les commentaires sont clos.