Rohrwiller

Rohrwiller

Rohrwiller figure pour la première fois sous le nom de Rohrheim dans un acte de donation établi vers 765 par un nommé Thiodoni au profit de l’Abbaye de Wissembourg. Cet acte de donation, comprenait une dizaine de biens fonciers, deux chariots, la nue propriété et l’usufruit des prés ainsi que des bâtiments. Ce document, signé de la main de Thidoni, fut contresigné par huit témoins. Rohrwiller et les villages environnants changèrent plusieurs fois de maîtres par suite d’héritages, de mariages et de ventes. Les comtes Frédéric et Louis d’Oettingen vendirent le 9 juillet 1342, trois villages, à savoir Offendorf, Herlofesheim (actuellement Herrlisheim) et Rorwilre au Seigneur Ludwig de Lichtenberg, pour la somme de 1.400 florins d’or. C’est l’origine de «l’AMT» Offendorf, Herrlisheim, Rohrwiller, Oberhoffen et Drusenheim.

Au bas d’un procès-verbal d’une plainte déposée le 10 août 1355 on retrouve une nouvelle appellation de notre commune sous « Rorwilr ».Cette même dénomination figure dans les actes de vente jusqu’en 1535. En l’an 1491, le village totalisait 25 familles dont quelques unes originaires de Neukirch (village disparu se situant à l’époque entre Herrlisheim et Rohrwiller). En 1601, le nombre d’habitations était monté à 40.

Au cours de la période palatine de la guerre de Trente Ans, Rohrwiller fut incendié par les troupes du général MANSFELD. En 1642, la commune ne comptait plus que 16 familles, dont 4 veuves, toutes réduites au plus parfait dénuement. En 1669, notre localité ne compte plus que 12 familles, dont 6 seulement possèdent plus de 4 arpents de terre. Le comte de HANAU – LICHTENBERG, protestant, imposa à ses sujets sa religion. S’ensuivirent, guerres, inondations, maladies, incendies. Vers 1687 les habitants revinrent au catholicisme sous la pression des émissaires de Louis XIV.

De nombreux fonctionnaires et familles protestantes partirent pour Oberhoffen. La Révolution Française amena la fin de la domination seigneuriale. Le village fut intégré dans le canton de Bischwiller.

Rohrwiller fêta avec enthousiasme l’arrivée des libérateurs à Strasbourg en novembre 1918. Et la vie recommença, remplie de l’espoir d’une paix durable. Les récoltes de houblon bien payées, l’essor des usines textiles de Bischwiller apportèrent l’aise et le bien être.

La guerre éclata en septembre 1939. Les habitants de Rohrwiller ne devaient connaître les épreuves de l’évacuation que le 23 mai 1940, date à laquelle ils furent dirigés sur le village de Wildersbach dans le haut de la vallée de la Bruche. Le retour aux foyers s’effectua pendant la période du 25 juin au 12 juillet 1940. Suivirent les sombres années de l’occupation allemande et la longue attente d’une libération. Les années 1942 à 1944 voient partir les «Incorporés de force» dans l’Arbeitsdienst, puis dans la Wehrmacht allemande. Les combats de la libération atteignirent une rare violence et témoignèrent d’un acharnement particulièrement tenace, Rohrwiller ayant été pris et repris trois fois. Les habitants qui s’étaient réfugiés dans les caves passèrent de durs moments sous les bombardements.

La commune de Rohrwiller fut sinistrée à presque 75%. Depuis lors, Rohrwiller est redevenu un village paisible. Plutôt résidentiel, le village compte aujourd’hui 1610 habitants.

Les commentaires sont clos.